Montessori : du pour et du contre…

Le lit Montessori, ce n’est pas pour nous

Afficher l'image d'origine

Maman Yuki

Le lit Montessori, je ne connaissais pas du tout avant de lire plusieurs articles sur le sujet. Comme toute maman qui entend parler d’une méthode qu’elle ignorait, je me suis posé des questions dessus, j’y ai réfléchi, je me suis demandée si nous l’appliquerions.

Qu’est-ce que c’est ?

Cette méthode consiste à faire dormir son enfant, dès la naissance ou un peu plus tard, mais assez petit, non pas dans un lit à barreau, mais sur un matelas au sol. Il s’agit donc de mettre un matelas de 10cm de hauteur dans un coin de la chambre. Il est aussi conseillé de mettre un tapis épais sur le sol, du côté libre du lit pour faire la jonction entre le matelas et par terre

Le lit Montessori fait partie de la méthode Montessori, créée par Maria Montessori (ça fait beaucoup de Montessori, tout ça !) une pédagogue italienne. C’est une méthode globale d’éducation dite ouverte qui porte sur l’autonomie de l’enfant.

Le lit Montessori sert justement à l’autonomie de l’enfant mais aussi à favoriser son développement moteur.

Mon opinion

Après avoir réfléchi à la mise en place de cette méthode chez nous je suis arrivée à cette conclusion : nous ne le ferons pas. Je prendrai plutôt le parti d’attendre que ma fille fasse la demande d’avoir un lit de grande ou en montre le besoin (ou arrive sur ses 3 ans si vraiment elle ne réclame jamais).

Je pense, tout d’abord, qu’il ne faut pas mettre en place seulement le lit Montessori, mais la méthode dans sa globalité pour que cela fonctionne correctement.

Ensuite, certes le lit Montessori donne une certaine autonomie à l’enfant, mais je doute qu’il soit capable de réellement respecter le fait qu’être dans son lit veuille dire dormir s’il n’a pas de limite. L’enfant ne prend pas conscience des limites imaginaires avant ses 2 ans. Adultes, on voit dans le bord du lit une limite à ne pas dépasser dès lors qu’on est couché, l’enfant ne voit que le bord du lit. Et au-delà, il voit sa chambre et ses jouets, bien plus intéressants que d’être couché. Dans cette optique, je pense que le lit Montessori risque d’être fatiguant pour l’enfant qui dort peu dans la journée (voire la nuit aussi) et stressant pour les parents qui se demandent si leur enfant est toujours dans son lit, s’il ne dort pas par terre, s’il n’a pas froid, etc…

 

J’y vois par contre un intérêt : lorsqu’il se réveille, l’enfant peut se lever seul et n’a pas besoin d’appeler ses parents. Mais cet avantage est aussi un gros inconvénient : l’enfant peut se lever quand il se réveille pour aller se promener, plutôt que de se rendormir.

Il y a par contre un moment ou je compte récupérer le concept du lit Montessori, même si, du coup, on ne pourra pas l’appeler comme ça: le moment où, justement, la petite viking demandera un lit sans barreaux et qu’elle en aura l’âge. A ce moment là, quand l’enfant est capable de voir une limite dans le bord du lit, je pense que le matelas au sol fait une bonne transition entre le lit de bébé et le lit « de grand » en évitant le chutes et en gardant d’abord la taille de l’ancien lit.

(Je précise que cet article n’engage que moi et que je n’ai absolument rien contre cette méthode et contre ceux qui l’appliquent.)

Source: Montessori

Enregistrer

Enregistrer

Christine Deschamps

Telle "Super-Nanny", Christine Deschamps est coach parental (spécialiste en soutien à la parentalité). Basée à Toulouse, elle se déplace partout en France comme par exemple pour la demande de la chaine NRJ12 pour l'émission Tellement Vrai de Mathhieu Delormeau passée en boucle entre juillet 2015 et fin 2016 (vue par plus de 4 millions de personnes). Joignable par téléphone, mail, skype, s'il vous semble que la situation familiale devient vraiment complexe, appelez-la, car elle peut surement vous aider !